«Dralucas», papyvore saltimbanquier

Posted: January 27, 2011 in Medias, PQR, Presse
Tags: , ,

Michel Lucas, patron du Crédit Mutuel, se trouve désormais à la tête du plus grand groupe de la presse régionale de l’Hexagone.

STRASBOURG/CLAUDINE GIROD*

 Rien n’arrête l’appétit éditorial du nouveau président de la troisième banque de France. Quelques chiffres pour mettre en bouche: pas moins de sept titres soit 1,2 million de journaux chaque jour de la Lorraine aux Alpes, un bénéfice de 7,7 millions d’euros en 2010 pour le Groupe Ebra-Crédit Mutuel, 1,37 millions de revenus en 2008 pour Michel Lucas, dirigeant de banque le mieux payé de France.

«Le nouveau Citizen Kane de la presse régionale» n’hésite d’ailleurs pas à titrer Anne Rosencher, dans Marianne (édition du 1er au 7 janvier 2011). Pour Michel Lucas, l’automne dernier a marqué son apogée. Le septuagénaire a non seulement pris les commandes de la troisième banque de l’Hexagone mais il a aussi posé la dernière pierre de son empire journalistique.

L’ascension du Groupe Ebra

En septembre 2009, le Crédit mutuel Centre-Est Europe– qui fédère les caisses du Crédit mutuel d’Alsace, de Lorraine, de Bourgogne mais aussi de Savoie et de l’Ile-de-France – finalisait le rachat de 100% du capital du groupe Ebra (Est Bourgogne Rhône-Alpes) qui contrôle Le Progrès, Le Dauphiné Libéré, Le Courrier de Saône et Loire ou encore Le Bien public. L’octogénaire patron de presse Gérard Lignac, patron d’Ebra, était contraint de céder: en 2006, lors de la création d’Ebra, il avait en effet souscrit une dette auprès du Crédit mutuel; dette qu’il ne parvenait pas à rembourser.

Mais Michel Lucas n’entendait pas s’arrêter en si bon chemin. L’Est républicain et les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA) lui échappaient encore en raison du blocage d’un autre actionnaire minoritaire, le Groupe Hersant Média. Et c’est en novembre dernier qu’il a fini par atteindre son but. L’opération, soumise à la condition suspensive de l’accord de l’Autorité de la concurrence, doit faire de cette banque fédérative, qui détiendra 80% des votes du groupe en assemblée générale, le premier groupe de presse quotidienne régionale français.

Un patron de presse qui ne parle pas aux journalistes

Indéniablement, Michel Lucas aime acheter les journaux. Mais ses relations avec ceux qui les font sont loin d’être aussi harmonieuses… « Dralucas » ne répond tout bonnement pas aux journalistes, pas même à l’AFP. Son assistante lui sert de cerbère pour éconduire ces fâcheux journaleux. La journaliste de Marianne s’est en effet vu rétorquer sèchement: «Je n’ai pas besoin de prendre votre numéro; M.Lucas ne vous parlera pas».

Celui que l’on surnomme aussi «le papy de la presse» n’a donc rien de la tendre bonhommie d’un grand-père. Les Echos en savent quelque chose! Les sanctions furent immédiates en mai 2009 après la publication d’un article sur ses rémunérations 2008: Michel Lucas a alors supprimé «sa» publicité dans les pages du quotidien économique. «J’ai eu affaire à lui. C’est un tueur!», n’hésite pas à déclarer un observateur attentif de la vie régionale.

Une tignasse blanche, des sourcils de jais, du haut de son mètre quatre-vingt-dix, Michel Lucas – que d’aucuns appellent aussi le «Requin blanc», «Attila», «Caligula» ou encore «Tarass Boulba» – aime à inspirer la terreur. Et il y réussit… Aux Dernières Nouvelles d’Alsace, l’ambiance est délétère. «Tout le monde ne parle que de Lucas. Les gens se demandent s’ils peuvent encore s’envoyer des emails sans qu’ils soient lus par la hiérarchie… Et tout le monde sait que nous ne serons bientôt, avec L’Alsace, que de simples quotidiens départementaux», confie-t-on sous couvert d’anonymat.

Le directeur général des DNA démissionne

Le licenciement d’un journaliste, qui s’était heurté à un rédacteur en chef adjoint, a été perçu comme un signal fort, un avertissement, une mise au pas. Dans les rangs des journalistes des DNA, l’on s’attend à pas moins de 40 à 60 départs en raison de la «clause de cession».

Le directeur général des DNA, Jean-Claude Bonnaud, qui est aussi directeur général adjoint de L’Est Républicain, quittera ses fonctions le 28 février. Il aurait été licencié pour avoir refusé la mission que lui confiait Michel Lucas, à savoir «travailler en priorité sur le rapprochement entre les DNA et L’Alsace», traduisez: jouer les coupeurs de tête, dit-on à Vosges Matin, autre titre où la clause de cession va se traduire par de nombreux départs.

La vieille recette bien connue des synergies et économies d’échelle, ses conséquences en matière d’emploi et de pluralité de l’information, laisse un goût amer aux représentants des différents titres du Groupe Ebra-Crédit Mutuel. «Les bruits de couloir sont étrangement absents, comme si les chefs, sous-chefs, quarts de chef et tous ceux qui ont la prétention de porter ce nom, étaient dans l’attente de savoir à quelle sauce ils vont être mangés!», explique un Correspondant Local de Presse du Dauphiné Libéré.

La gourmandise de «Dralucas», elle, reste intacte. Pour tout dire, elle confine même à la boulimie. Le «saltimbanquier» pourrait croquer très bientôt Nice-Matin ou l’Union de Reims.

* Article publié dans EDITO, le magazine suisse des médias

Comments
  1. […] de revenus en 2008 pour Michel Lucas, dirigeant de banque le mieux payé de France« . La suite sur… Partagez | Publié le 27 jan 2011 dans Article par bruno précédentBusiness […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s